Catégories
Économie Social

Détestable

C’est passé presque inaperçu avec le battage médiatique autour du remaniement, réduit à un minable jeu de chaises musicales si l’on excepte l’entrée au gouvernement de Dupond-Moretti, chez qui l’appât du maroquin ministériel l’aura emporté.
Le Président Macron, avec la nomination de ses nouveaux subordonnés, démontre sa volonté de tenir d’une main de fer l’exécutif et d’imposer ses volontés propres, elles-mêmes issues des impératifs fixés par la classe capitaliste.


Ses déclarations présentent donc le chemin qu’il entend tracer pour la dernière phase de son quinquennat. Or, il y a quatre jours, le Président Macron a déclaré devant plusieurs titres de la presse quotidienne régionale :


« Nous devons collectivement rompre avec ce qui est la maladie française : la préférence pour le chômage. Le modèle français classique, c’est d’accepter des plans sociaux massifs, ensuite d’avoir un système très généreux qui les indemnise. Au fond, un modèle qui fait que nous n’avons jamais réglé le problème du chômage de masse. »


De quelle « maladie française » parle exactement Monsieur Macron ? « La préférence pour le chômage ». En substance, le travailleur français préférerait être privé d’emploi plutôt que d’en occuper un. La preuve : il « accepte des plans sociaux massifs ». Et pourquoi ? Pour profiter d’ « un système très généreux qui l’indemnise ».


L’actuel Président, qui fait à nouveau étalage de son incommensurable mépris pour les petites gens, considère ainsi que « nous n’avons jamais réglé le problème du chômage de masse » à cause précisément d’un « système très généreux », trop « généreux ».
Il tenait exactement le même discours au début de son quinquennat, quand il a réformé le Code du Travail par ordonnances en catimini durant l’été 2017. Il avait alors plafonné les indemnités versées au salarié victime d’un licenciement abusif et illégal, après condamnation de l’employeur aux Prud’hommes, à seulement 20 mois de salaire, et ce à condition… d’avoir au minimum vingt-neuf ans d’ancienneté dans l’entreprise !


Mais cela reste « très généreux », trop généreux vis-à-vis de celles et ceux qui ont souvent consacré leur vie à produire pour un employeur qui les chasse de leur emploi, qui les exclue de toute forme de sécurité matérielle. A la violence de s’être fait bannir du lieu où il créait les richesses et passait le plus clair de son temps quotidien, s’ajoute pour le travailleur la violence de dirigeants politiques qui lui lancent à la gueule qu’il coûte encore trop cher une fois licencié, et qu’il ne faut surtout « pas tout attendre de l’État » – pour reprendre les mots de Jean Castex pour sa première interview, sur TF1 vendredi soir, en tant que Premier ministre.


C’est pourquoi le chef de l’État et son gouvernement entendent bien mener à terme la réforme de l’Assurance-chômage, qui va drastiquement baisser les allocations d’aide au retour à l’emploi versées par Pôle Emploi aux chômeurs indemnisés.


C’est bien connu, les travailleurs sans emploi se la coulent douce à longueur de journées, en profitant grassement des minima sociaux qui coûtent à la collectivité « un pognon de dingue », si bien que la collectivité ferait mieux de couper les vannes de cet argent ; quitte à développer la grande misère, développons-la gaiement.


L’homme petit qui fait office de Président de la République devrait avoir honte de tenir ces propos. Il ne fait que révéler sa détestation des personnes démunies tout comme de l’ensemble de la classe exploitée. Il ne fait que se révéler toujours plus détestable de jour en jour, et cela, il faut l’admettre, relève d’une performance inouïe.

Partagez et suivez nous sur les réseaux
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *