Catégories
Éditorial Médias Politique

Zemmour, les sondages et la fabrique médiatique

Il y a exactement cinq ans, une enquête sur les intentions de vote réalisée par les instituts Cevipof Ipsos-Sopra Steria, du 9 au 18 septembre 2016 auprès de 18.659 inscrits sur les listes électorales, donnait Macron entre 12 et 14%.

Deux événements et un phénomène ont permis l’élection de Macron : la non-candidature d’un quelconque (autre) représentant des trois dernières années du quinquennat Hollande ; la campagne de Fillon torpillée par le Canard enchaîné aidé en soum par Sarkozy ; et surtout la fabrication médiatique d’un personnage atypique mais présidentiable en la personne du leader d’En Marche.

L’alignement des planètes, personne ne peut le prévoir. Mais la fabrication d’un personnage par les médias dominants pour 2022 a déjà commencé.

Si Macron reste le champion de la grande bourgeoisie, en atteste le soutien affiché par Bernard Arnault, l’outsider fabriqué de toutes pièces par cette dernière s’appelle Zemmour. Lequel est aujourd’hui crédité de 10% des intentions de vote sans avoir déclaré sa candidature.

Zemmour et ses idées sont un poison à plus d’un titre.

Non seulement il nous est présenté comme celui pouvant allier droite et extrême-droite, mais aussi comme celui capable de bousculer le jeu politique écrit d’avance pour devenir le premier opposant à Macron à la veille de l’élection.

De surcroît il attise la xénophobie, la haine de ce qui est étranger ou différent, la misogynie, l’homophobie, et se fait le porte-parole d’idées radicalement nationalistes et racistes en obligeant tout autre candidat à se positionner par rapport à lui.

Ses thèses sont un poison car elles instillent le principe que ce qui fonde l’appartenance à un groupe social n’est pas le rapport à la production constitutif d’une classe sociale, mais la race supposée, la religion supposée, la culture supposée en fonction de la couleur de peau et de l’arbre généalogique de chacun.

Zemmour représente la réaction contre toutes formes de progrès humain. Et comme la bourgeoisie capitaliste voit le progrès humain comme une entrave à ses profits, elle a tout intérêt à porter le polémiste haut, très haut pour mieux mater le mouvement social, démocratique et populaire. 

Partagez et suivez nous sur les réseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *